Traduire le sonnet à la Renaissance / Translating the Early Modern Sonnet [Appel à communications]

Appel à communications : Traduire le sonnet à la Renaissance : regards croisés France-Grande Bretagne-Italie (scroll down for the English version)

L’équipe Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone (EA 4398 PRISMES) a le plaisir d’annoncer la deuxième journée d’étude du projet Jeunes Chercheurs « Métamorphoses d’un genre migrateur : Traduction et adaptation du sonnet anglais de la Renaissance à aujourd’hui » (http://sonnetintranslation.wordpress.com/)

Cette journée aura lieu le 24 février 2017 et examinera de plus près les sonnettistes et traducteurs à la Renaissance. Nous nous intéresserons particulièrement aux différentes théories sur le passage du sonnet italien en Angleterre. En effet, le rôle crucial joué par la France dans la naissance du sonnet anglais n’a pas été suffisamment étudié, dans la mesure où la France et l’Italie ont longtemps été traitées comme deux entités distinctes. Bien que Wyatt soit connu comme « l’importateur » du sonnet anglais, de nombreux sonnets italiens ont en réalité été traduits en anglais à partir des sonnets français de Du Bellay, Desportes ou Du Bartas. On pourra également s’intéresser plus spécifiquement aux mécanismes idéologiques d’appropriation des formes dans l’imaginaire national anglais ou français. En Angleterre, l’appropriation du sonnet est en effet un processus complexe inséparable de la relation ambivalente à une forme souvent perçue comme catholique car née en Italie. Ainsi, les sonnets amoureux écrits en italiens à la suite de Pétrarque sont-ils explicitement dénoncés par certains puritains anglais comme l’un des moyens les plus subtils et pernicieux de conversion à la foi catholique, les voyageurs anglais se rendant à Venise pour dévorer cette littérature perverse. Le travail des sonnettistes protestants anglais consistera pourtant non à exclure la charge érotique consubstantielle au genre mais à la détourner à leurs fins, ou même à de faire du Pétrarque des sonnets contre la corruption d’Avignon-Babylone, un proto-réformateur. Enfin, alors que le sonnet n’apparaît qu’au milieu du 16e siècle en Angleterre, il semblerait que l’on assiste à un épuisement de la tradition pétrarquiste assez précoce qui passe par la multiplication de sonnets parodiques parfois grotesques. Or, cet épuisement, même s’il est plus précipité en Angleterre, a néanmoins lieu aussi bien en Italie qu’en France et il serait intéressant de comparer les modalités nationales de ce phénomène.

La journée sera ouverte aux jeunes chercheurs, et amènera à terme à la rédaction d’un ouvrage collectif.

Les contributions pourront donc porter sur (liste non exhaustive) :
– Le rôle de la France dans le passage du sonnet italien au sonnet anglais
– Les traductions directes de l’italien à l’anglais
– L’utilisation ou le détournement des formes et motifs (dont métaphores filées, concetti ou conceits) dans la construction d’un imaginaire national
– Les métamorphoses, transformations et transpositions rythmiques, métriques, du schéma de rimes, ou de la disposition sur la page dans le passage d’une langue à l’autre
– Les transpositions intermédiales comme celles de Mary Herbert Sidney traduisant le psaume 150 sous la forme d’un sonnet
– Les transformations et adaptations du sonnet courtois devenant un sonnet à diffusion plus vaste
– La mise en mise en musique de poèmes ou la composition musicale sur sonnets
– Le rapport entre prose et poésie dans le cas des sonnets insérés dans des textes en prose ou dans le théâtre (ex : Arcadie de Sidney ou Romeo et Juliette de Shakespeare)
– Le sonnet en relation à d’autres formes brèves, le sonnet et les formes voisines (héritées du Moyen-Age ou classiques), le sonnet et l’épithalame (et ses usages religieux, associés au protestantisme)
– La pseudo-traduction et les réécritures de sonnets
– Les frontières mouvantes entre traduction, trans-lation et réécritures avec l’exemple de quasi-plagiaires comme Drummond of Hawthornden

Comité scientifique :
Carole Birkan-Berz, Guillaume Coatalen, Anne-Marie Miller-Blaise, Ricardo Raimondo, Gisèle Venet, Jean Vignes,

Les propositions de communication, de 300 mots au maximum, accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer à Guillaume Coatalen <guillaume.coatalen@u-cergy.fr>, Anne-Marie Miller-Blaise <anne-marie.miller-blaise@univ-paris3.fr>, Carole Birkan-Berz carole.birkan-berz@univ-paris3.fr et sonnetintranslation@gmail.com avant le 1er septembre 2016.


ENGLISH VERSION

Translating the Early Modern Sonnet : Crossing French, British and Italian Perspectives

The PRISMES (EA 4398) research team at Sorbonne Nouvelle University is pleased to announce the second study day organised by the Young and Early Career Researchers Team on Translating and Adapting the Sonnet from the Renaissance to the Present Day. (http://sonnetintranslation.wordpress.com/)

This study day will be held on 24 February 2017 and will take a closer look at early modern sonneteers and sonnet translations. Of particular interest will be the various theories concerning the passage of the Italian sonnet into Britain. Indeed, France’s key role in the birth of the English sonnet may not have received sufficient attention, as France and Italy have often been treated as two independant cultural and poetic spaces, each exerting its own influence. And yet, texts often circulated via complex journeys throughout early modern Europe. Although Wyatt is known for ‘importing’ the sonnet into England, numerous ‘Italian’ sonnets were in fact translated into English via the French sonnets of Du Bellay, Desportes or Du Bartas, thus bearing witness to the various recycling processes that might be retraced. Another avenue for research might be the specific ideological mechanisms influencing the appropriation of poetic forms in either English or French national imaginaries. In England, the adoption of the sonnet is indeed a complex process, inseparable from an ambivalent relationship to a form often perceived as Catholic for having its origins in Italy. Thus, the love sonnets written in Italian after Petrarch, which English travellers that visited Venice devoured, were explicitly exposed as one of the most subtle and pernicious ways of converting souls to the Catholic faith. Protestant sonneteers worked however not to expunge the erotic force intrinsic to the genre but to subvert it to their own ends, and even went as far as to depict the Petrarch of the Avignon-Babylon sonnets as a precursor of the Reformers. Finally, while the sonnet only appeared in England in the mid-sixteenth century, the Petrarchan tradition also seems to deplete relatively early as parodic, sometimes grotesque sonnets multiplied. This exhaustion of the genre is also observable in France and Italy, though less precipitously than in England, and it would be judicious to examine and compare the different ways in which the phenomenon occured in the three countries.

Contributions might address the following topics (amongst others) :

• The role of France in the passage of the Italian to the English sonnet
• Direct translations from Italian to English
• The use or subversions of forms and motifs (including concetti or conceits) in constructing national imaginaries
• Metamorphoses, transformations, transpositions in terms of metre, rhythm or rhyme scheme as well as visual layout, in the passage from one language to another
• Intermedial transposition such as Mary Herbert Sidney’s translation of psalm 150 in the form of a sonnet
• The setting of sonnets to music or musical compositions on the basis of sonnets
• Transformations and adaptations of the courtly sonnet into a form destined for a wider audience
• The relationship between prose and poetry when sonnets are inserted into prose text or drama (e.g. Sidney’s Arcadia or Shakespeare’s Romeo and Juliet)
• The sonnet in relation to other short forms, the sonnet and related forms (either medieval or classical), the sonnet and the epithalamion (as well as its religious uses associated with Protestantism)
• Pseudo-translations or re-writings of sonnets
• The porous border between translation and modes of imitation, appropriation and re-writing, with the example of quasi-plagiarists such as Drummond of Hawthornden.

The study day is open to young and early career researchers and will lead to the publication of a collection of essays.

Comité scientifique/ Advisory Board
Carole Birkan-Berz, Guillaume Coatalen, Anne-Marie Miller-Blaise, Ricardo Raimondo, Gisèle Venet, Jean Vignes.

300-word abstracts, accompanied by a short bio-bibliographical note, should be submitted to Guillaume Coatalen <guillaume.coatalen@u-cergy.fr>, Anne-Marie Miller-Blaise <anne-marie.miller-blaise@univ-paris3.fr>, Carole Birkan-Berz <carole.birkan-berz@univ-paris3.fr> and <sonnetintranslation@gmail.com> by September 1, 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *