Info

loghi2

*

un projet de / a project of

Christina Bezari (Univ. de Gand)
bezari.christina@gmail.com

*
Riccardo Raimondo (Univ. Sorbonne Paris Cité)
raimondo.riccardo@yahoo.it

*
Thomas Vuong (Univ. Paris-Nord)
ths.vuong@gmail.com

*

avec l’aimable soutien de / with the kind support of

Astrid Guillaume (Paris-Sorbonne)
Charles Le Blanc (uOttawa)
Christine Lombez (Univ. Nantes)
Jean-Yves Masson (Paris-Sorbonne)


 

RÉSUMÉ

Après avoir décrit les dynamiques qui ont amené la crise actuelle des études comparatistes et les enjeux que le new comparatism (Gayatri Spivak : 2003) se prépare à affronter, Gillian Lane-Mercier signale dans un article de 2009 « l’urgence de remettre en cause les avantages – lire les visées – d’une interdisciplinarité sauvage, incontrôlée et incontrôlable qui, à force de jeter des ponts, court le risque de l’éclatement et, partant, l’autodestruction ».

Toutefois, la littérature comparée – comme la traductologie – reste une discipline inévitablement fondée sur l’hybridité et le croisement, et ne peut pas s’empêcher de penser et se repenser au prisme de cette inspiration, d’une « théorie de la mobilité » (Tiphaine Samoyault : 2011). Plus particulièrement, les rapports entre traductologie et littérature comparée dévoilent toute la complexité et les risques de ces disciplines hybrides, ainsi que l’importance de réfléchir sur leur identité et leurs spécificités. C’était déjà d’ailleurs, le thème du XIe Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée (1985) : dans son introduction, José Lambert soulignait l’importance de la traduction comme étant un champ spécifique en même temps que la nécessité d’une interaction entre la théorie, l’histoire de la traduction et les autres disciplines. Cela revient à dire qu’il est souhaitable de considérer la traduction, non seulement d’un point de vue de la littérature, mais aussi l’histoire des savoirs et des pratiques sociales (F. Rastier : 2011 ; A. Guillaume : 2015 ; Y. Chevrel, J.-Y. Masson : 2015). Il nous semble donc nécessaire de repenser la traduction au prisme de la philosophie, de la poétique, des études sur l’imaginaire, enfin, de la repenser comme un art et non comme l’un des domaines de la linguistique appliquée.

En effet, comme l’a avancé G. Lane-Mercier, la littérature comparée et la traductologie trouveraient leur spécificité commune à la fois dans la visée centrifuge, nomade ou encore « cartographique » qui les anime, et dans la logique de l’intersection, du réalignement, de la traversée. C’est par le biais d’un tel processus que ces deux disciplines deviennent des champs de conflit mais aussi de synthèse.

Dans ce contexte, nous voulons tenter une expérience aussi simple que nécessaire : proposer une nouvelle réflexion sur la pratique et la théorie du traduire, une nouvelle manière de « penser la traduction », selon l’inspiration formulée par Jean-Yves Masson (1999, 2013). Tout en suivant une démarche « cartographique », nous souhaitons envisager une hybridation entre la traductologie et les études sur l’imaginaire. Il est en fait crucial d’observer les manières par lesquelles l’imaginaire intervient dans la « réélaboration socio-symbolique des pratiques traductives » (Antonio Lavieri : 2007, 2010). Nous traiterons donc la traductologie d’un point de vue d’une « génétique de la traduction » (Charles Le Blanc : 2009), mais qui repense son identité à la lumière des études comparatistes.

Cela revient à considérer la traduction à l’intérieur de ce qu’on pourrait appeler les « circonstances événementielles de la production imaginaire » (Laurent Van Eynde : 2005). En effet, on peut constater que nombre de choix traductifs dérivent de l’imagination créatrice des traducteurs, à savoir une « imagination active » (Carl Gustav Jung : 1970) qui s’incarne, consciemment ou inconsciemment, dans des choix linguistiques, traductologiques, et même poétiques.

Cette conception de l’imagination fait clairement écho à celle de Giambattista Vico qui, dans la Scienza nova (1744), expose la doctrine des « universaux fantastiques » dans laquelle l’imagination est considérée par rapport à son lien avec la poétique. Il ne s’agira pas de réinventer une « théorie de l’imagination » à la manière de Paul Ricœur (1986), mais plutôt d’envisager ce qu’il nomme une « poétique de la volonté » (P. Ricœur : 1986) en observant un certain nombre de phénomènes et d’expériences « à la charnière du théorique et du pratique » (P. Ricœur : 1986). Par ailleurs, c’est par le biais d’une telle interdisciplinarité qu’on arrivera à surmonter toutes les intrications de la traduction littéraire, afin de pouvoir y saisir une nouvelle réalité linguistique et socioculturelle (Susan Bassnett : 1998). En effet la traduction met en œuvre un travail sur l’imagination et sur toutes ces facultés qui vont au-delà, et en deçà, de la dimension langagière. Comment l’explique François Vezin, les compétences linguistiques ne suffisent pas à la traduction, car il faut autant et bien davantage une imagination productrice jusqu’à parler d’une « fonction translinguistique de l’imagination » (F. Vezin : 2005).

Il s’agira ainsi d’étudier, dans le sillage de Christine Lombez (2016), les paratextes, les essais, les influences, les alliances intertextuelles… qui informent le travail des traducteurs et leurs imaginaires. Cette inspiration théorique pourrait s’incarner finalement dans une multiplicité d’analyses, de méthodes, de lectures, dans le but de tracer des profils inédits des traducteurs et de repenser les études en traductologie.


ABSTRACT

After describing the dynamics that led to the current crisis of comparative studies and discussing the issues at stake that will be dealt with by a new comparatism (Gayatri Spivak: 2003), Gillian Lane-Mercier emphasized “The urgency to question the benefits -or the objectives- of an uncontrolled and uncontrollable interdisciplinarity. Due to the fact that it has been bridging too many gaps in the past few years, interdisciplinarity now runs the risk of an imminent and self-destructive breakdown” (Gillian Lane-Mercier: 2009).

Nevertheless, comparative literature – as well as translation studies – are disciplines that were inevitably based on hybridity and the crossing-over of networks. In that sense, both of them are seen through the prism of cultural and linguistic interactions, or through the lenses of a “theory of mobility” (Tiphaine Samoyault: 2011). More specifically, the relationship between translation studies and comparative literature reveals the complexity and risks of such hybrid disciplines while emphasizing the importance of rethinking their identity and their specific features. This was the main subject of the 11th Congress organized by the International Association of Comparative Literature (1985). In his introduction, José Lambert stressed the importance of translation as a specific field and underlined the need of an interaction taking place between the theory and history of translation and the other disciplines. It is therefore desirable to grasp translation, not only from the viewpoint of literature, but also from the viewpoint of the history of knowledge and social practices (F. Rastier: 2011 ; A. Guillaume: 2015; Y. Chevrel, J.-Y. Masson: 2015). It also seems necessary to rethink translation through the prism of philosophy, poetics, studies on the imaginary, and finally, to consider it as an art and not as a branch of applied linguistics.

Indeed, as argued by G. Lane-Mercier, comparative literature and translation studies are intrinsically linked because of their common centrifugal, nomadic or “cartographic” aims as well as the common logic of the intersection, the realignment and the crossing of borders. It is through such processes that these two disciplines become fields of major conflicts, but also fields of major synthesis.

In this context, we would like to try a quite simple but much needed experiment by introducing new considerations concerning the theory and practice of translation. This experiment will inaugurate a new way to “meditate on translation” as stated by Jean-Yves Masson (1999, 2013). By adopting a “cartographic” approach, we will attempt to develop new critical reflections on how to compare language practices and imaginaries. In this attempt, it is crucial to take into consideration the ways in which the imagination is involved in the “socio-symbolic elaboration of translation practices” (Antonio Lavieri: 2007, 2010). We will thus treat translation studies from the standpoint of a “genetic translation” (Charles Le Blanc: 2009), while rethinking its identity in the light of comparative studies.

Translation can also be examined through the prism of the so-called “circumstances of the imaginary production” (Laurent Van Eynde: 2005). Indeed, we can notice that in a translated text many choices derive from the translator’s creative imagination. As a consequence, the “active imagination” (Carl Gustav Jung: 1970) of the translator is, consciously or unconsciously, embodied in his linguistic, stylistic or even poetic choices.

This conception of the imagination largely echoes the doctrine of “fantastic universals” exposed by Giambattista Vico in his work the Scienza nova (1744). According to Vico, imagination is considered in relation to its link with the poetic. This doesn’t have to do with reinventing a “theory of the imagination” in the way that Paul Ricœur has shown (1986). What is important here is to examine Ricœur’s “poetics of will” (P. Ricœur: 1986) by observing a number of phenomena and experiences that are situated “between theory and practice” (P. Ricœur: 1986). Such a interdisciplinarity will enable us to overcome the intricacies of literary translation and will lead us to a more thorough comprehension of a new linguistic and socio-cultural reality, as described by Susan Bassnett (1998). Indeed, translation is a discipline that invites us all to work on our imagination and to make use of the possibility to go beyond language’s restrictive dimensions. As shown by François Vezin, when it comes to translation, language skills alone are not enough because it takes a great deal of productive imagination and in the case of translation we can go as far as to speak of a « translinguistic function of the imagination” (F. Vezin: 2005).   

To conclude, in the wake of Christine Lombez (2016), we intend to take a closer look at the paratexts, the essays, the influences as well as the intertextual alliances that enrich the work and the imaginary of translators. This theoretical inspiration could eventually lead to a wide variety of analyses, methods and interpretations, which aim to create new critical tools for Translation Studies.


BIGLIOGRAPHIE / BIBLIOGRAPHY

Yves CHEVREL, Jean-Yves MASSON, « Avant-propos », in Véronique DUCHÉ (dir.). Histoire des traductions en langue française, XVe et XVIe siècles (1470-1610), Lagrasse, Verdier, 2015, p. 7-14.

BASSNETT, Susan, LEFEVERE, André. Constructing cultures: Essays on Literary Translation. Clevedon, Multilingual Matters, 1998.

GENTZLER, Edwin. Contemporary Translation Theories. Londres/New York, Routledge, 2001.

François RASTIER. La mesure et le grain. Sémantique de corpus, Paris, Champion, 2011.

Astrid GUILLAUME, « Vers une sémiotique diachronique et contrastive des cultures », in Driss ABLALI, Sémir BADIR, Dominique DUCARD (dir.), Documents, textes, œuvres. Perspectives sémiotiques, Presses Universitaires de Rennes, 2014, p. 381-406.

LAVIERI Antonio. Translatio in fabula. La letteratura come pratica teorica del tradurre, Roma, Editori Riuniti, 2007.

Antonio LAVIERI, « Translatio in fabula, enjeux d’une rencontre entre fictions et traductions », in S. Klimis, I. Ost et S. Vanasten (dir.). Translatio in fabula, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, n°130 (2010), p. 117-127.

LE BLANC, Charles. Le complexe d’Hermès, Presses de l’Université d’Ottawa, 2009

LOMBEZ, Christine. La Seconde Profondeur : la traduction poétique et les poètes traducteurs en Europe au XXe siècle. Paris, Les Belles Lettres, 2016.

Jean-Yves MASSON, « Territoire de Babel (notes sur la théorie de la traduction) », Corps Ecrit, n°36, Babel ou la diversité des langues, PUF, 1990, pp. 157-160.

JUNG, Carl Gustav. Mysterium conjunctionis, Princeton University Press, 1970 ; rééd 2 vol., trad. par Etienne Perrot, Paris, Albin Michel, 1982, t. II ; rééd. « Réflexions théoriques sur la nature du psychisme », in La réalité de l’âme, 2 vol., éd. de Michel Cazenave, Paris, Librairies Générale Française, 1998, t. 1.

MILTON, John, BANDIA, Paul. Agents of Translation. Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 2009.

ORTEGA Y GASSET, José. Misère et splendeur de la traduction, trad. sous la dir. de François Géal, post-face de Jean Yves Masson, Paris, Les Belles Lettres, 2013.

Tiphaine SAMOYAULT, « Morts récentes & vies nouvelles de la littérature comparée », Acta fabula, vol. 12, n° 5, « Le partage des disciplines », Mai 2011. [en ligne : fabula.org/revue]

SNELL-HORNBY, Mary. The Turns of Translation Studies. New paradigms or shifting viewpoints?. Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 2006.

SPIVAK, Gayatri Chakravorty. Death of a Discipline. New York, Columbia University Press, 2003.

STEINER George. After Babel: Aspects of Language and Translation. Oxford, Oxford University Press, 1975.

ST-PIERRE, Paul and Prafulla C. KAR, eds. In Translation: Reflections, Refractions, Transformations, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 2007.

TOURY Gideon. Translation Theory and Intercultural Relations. Tel Aviv, The Porter Institute for Poetics and Semiotics, 1981.

Laurent VAN EYNDE. « Avant-propos », in Éléonore Faivre D’ARCIER, Jean-Pol MADOU et Laurent VAN EYNDE (dir.). Mythe et création. Théorie et figures, 2 vol., t. I, Publications des Facultés Universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 2005.

François VEZIN. « Philosophie et pédagogie de la traduction », Revue philosophique de la France et de l’étranger, Tome 130 (2005/4).

Vico, Giambattista. La scienza nuova (le tre edizioni del 1725, 1730 e 1744), a cura di Manuela Sanna e Vincenzo Vitiello. Milano, Bompiani, 2012.