Les imaginaires de la traduction / The imaginaries of translation [Programme, Paris 2017]

SCROLL DOWN FOR ABSTRACTS

les-imaginaires-de-la-traducion

PROGRAMME (Paris, 2017)

Organisation
Christina Bezari (Ghent University)
Riccardo Raimondo (Univ. Sorbonne Paris Cité)
Thomas Vuong (Univ. Paris 13-SPC/ Pléiade).


→ Pour des raisons de sécurité (plan vigipirate)
tout-e-s les participant-e-s doivent s’inscrire au lien suivant :
INSCRIPTION


 1ère journée VENDREDI 3 MARS 2017, Salle Claude Simon, Sorbonne Nouvelle, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais 75005 Paris, 9h00-18h00.

9h00-9h15 : Accueil des participant-e-s et petit-déjeuner au buffet

9h15-9h30 : Introduction de Pierre CIVIL (Sorbonne-Nouvelle)

9h30-10h00 : Riccardo RAIMONDO – Prélude : traduction, herméneutique et imaginaire

10h00-11h30 : Panel « POÉSIE ET IMAGINAIRE », présenté par Carole Birkan-Berz (Sorbonne-Nouvelle)

Miriam ROSSI (Tallinn University) – Imagined Translations in the Soviet Eighties, Samizdat and Poetry Translation

Thomas VUONG (Univ. Paris 13-SPC/ Pléiade) – Traduire selon Bonnefoy : trahir au nom de l’imaginaire poétique ?

Amina AZOUZ (Paris-Sorbonne) – Adonis : l’impossible traduction de l’imaginaire

Christina BEZARI (Univ. de Gand) – « Traduire par amour authentique du beau »: la quête de la traduction dans les Fragments de Novalis.

11h30-12h00 : Pause Café

12h00-12h30 : Guillaume METAYER (CNRS) – Les imaginaires du traducteur de la poésie de Nietzsche

12h30-13h30 : Déjeuner – buffet

13h30h-14h30 : Panel « TRADUIRE LE ROMAN 1 » présenté par Christina Bezari (Univ. de Gand)

Lilia ANDROSENKO (Université de Franche-Comté) – Dostoïevski traducteur de Balzac

Mirella BOTARO (Univ. de Poitiers) – Les référents culturels et la traduction créative (Monénembo et Mabanckou)

14h30-15h30 : Panel « TRADUIRE LE ROMAN 2 », présenté par James Archibald (McGill University)

Ngadi MAÏSSA LAUDE (Univ. de Lorraine) – Cartographier l’imaginaire d’un auteur (Olivier Rolin)

Marianna BRAUX (Adelaide University) – La liberté du traducteur face au roman hétérolingue

15h30-16h00 : Pause Café

16h00-17h00 : Panel « TRADUIRE LES TEXTES FONDATEURS » présenté par Antonio Sotgiu (Sorbonne-Nouvelle)

Marianne REBOUL (Paris-Sorbonne) – Raconter l’aventure en traduction, le mythos d’Ulysse dans les traductions françaises de l’Odyssée

Manel BOUAITA (Paris-Sorbonne) – Imaginaires et ambiguïtés traductologiques (sur le Coran)

17h00-17h30 : Conclusions

Diner au restaurant 


 2ème journée SAMEDI 4 MARS 2017, Salle Bourjac, Sorbonne-Nouvelle, 17 rue de la Sorbonne 75005 Paris, 9h00-18h00.

9h00-9h30 : Accueil des participant-e-s et petit-déjeuner au buffet

9h30-10h00 : Jean-Yves MASSON (Paris-Sorbonne) – Inauguration

10h00-10h30 : Astrid GUILLAUME (Paris-Sorbonne) – Importance des sphères d’influences pour les imaginaires traductologiques 

10h30-10h45 : Pause Café

10h45h-11h15 : James ARCHIBALD (McGill University) – Expérience et imaginaire du traduire

11h15-11h45 : Christine LOMBEZ (Univ. de Nantes, IUF)  Avec qui traduit-on? Les imaginaires de la traduction poétique

11h45-13h00 : Table ronde animée par Guillaume Coatalen (Univ. Cergy-Pontoise) et Philippe Guérin (Sorbonne-Nouvelle) : avec Christine Lombez, Philippe Guérin, Astrid Guillaume, James Archibald, Jean-Yves Masson.

13h10-14h30 : Déjeuner au restaurant

14h30h-16h00 : Panel « TRADUCTOLOGIE ET IMAGINAIRE : NOUVELLES APPROCHES THÉORIQUES », présenté par Riccardo Raimondo (Univ. Sorbonne Paris Cité)

Solange ARBER (Paris-Sorbonne) – L’imaginaire de la transparence

Gloria BRANCA (Univ. de Calabre) – Traduire l’exil de la langue: Cioran et les imaginaires migrants face à la traduction. 

Irène GAYRAUD (Paris-Sorbonne-CRLC/Outranspo) – Pour une traduction comme risque : réflexions sur le rapport entre l’original et ses traductions

16h00-16h15 : Pause Café

16h15-17h45 : Panel « FICTIONS DE TRADUCTION », présenté par Beatrijs Vanacker (Univ. de Louvain)

Louis WATIER (Paris-Sorbonne) – Les traductions fictives au XVIème siècle, de l’allégation imaginaire topique à un nouvel imaginaire traductif

Tegan RALEIGH (UC Santa Barbara) – « Ce n’est pas moi qui parle, je traduis » : La pseudotraduction et l’innovation de Marie-Antoinette de Fagnan

17h45-18h00 : Conclusions


Cette action est soutenue par le / This action is funded by
Campus Condorcet (Paris)

Avec le soutien de / With the support of
Ghent University, Équipe d’Accueil Pléiade (Paris-Nord), École Doctorale 122 (Sorbonne-Nouvelle),
Équipe d’Accueil LECEMO (Sorbonne-Nouvelle), Centre de Recherche CERLIM (Sorbonne-Nouvelle)

www.imagotrad.hypotheses.org


RÉSUMÉS / ABSTRACTS

*

– VENDREDI 3 MARS 2017, Salle Claude Simon, Sorbonne Nouvelle, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais 75005 Paris.

*

  • Miriam ROSSI (Tallinn University)

Traductions imaginées dans la Russie Soviétique: Samizdat et la traduction poétique.
L’article vise à explorer la traduction poétique à Leningrad, pendant le régime soviétique. En particulier, cet article examine le période des années 80 du XX siècle. L’investigation se concentre sur le rôle des poètes-traducteurs, et la représentation de l’Autre, à travers l’activité de la traduction. En particulier, la recherche se développera dans le contexte du samizdat, une circulation illégale de textes. En explorant le domaine de la traduction poétique, cet article se concentre sur Olga Sedakova, qui représente une poète – traductrice particulière. De plus, elle est un exemple d’activisme qui se manifeste à travers la poésie et l’activité de traduction.    

Imagined Translations in the Soviet Eighties: Samizdat and Poetry Translation.
The paper aims to explore the practice of poetry translation within the context of Soviet Leningrad in the eighties. The focus of the investigation will be the figure of the poet translator and the representation of the Other, in particular when dealing with underground production, such as samizdat. Exploring the field of poetry translation, the paper concentrates on the figure of Olga Sedakova, who represents a peculiar poet translator and an example of activism through the activity of poetry and translation.

*

  • Thomas VUONG (Univ. Paris 13-SPC/ Pléiade)

Traduire selon Bonnefoy : trahir au nom de l’imaginaire poétique ?
Figure majeure du second XXème siècle français, Yves Bonnefoy (1923-2016) est autant connu pour sa poésie que pour ses essais critiques sur la littérature ou l’art. Ses traductions sont aussi conséquentes : il s’est attaché à faire passer Shakespeare, Keats, Yeats, Leopardi ou Pétrarque en français. Il est notable que ces traductions soient, à de nombreux égards, très personnelles ; de nombreuses modifications, en particulier formelles, attestent d’une pratique traductionnelle qui se refuse à se mettre uniformément au service du poème-source. Dans ses écrits théoriques, Bonnefoy avance en effet la nécessité d’investir la voix de l’auteur traduit de la voix du traducteur, et on trouve dans ses traductions une recherche poétique propre. Les imaginaires des choix traductifs et de la poésie lyrique se recoupent ainsi dans une pratique singulière, qui se démarque de la tradition des « belles infidèles » en ce qu’elle assume à la fois le détour et une fidélité essentielle au texte-source. Cette communication interrogera donc les modalités selon lesquelles Bonnefoy pratique, commente et théorise la traduction poétique comme une trahison du poème traduit, au nom de la poésie.

Translating according to Bonnefoy: betraying in the name of the poetic imaginary?
A major figure of the second half of the 20th century, Yves Bonnefoy (1923-2016) gained a wide reputation not only as a poet but also as a literary critic. Having translated Shakespeare, Keats, Yeats, Leopardi and Petrarch into French, his role within the scope of translation studies has been considered crucial. It is worth remembering that his translations are marked by a strong personal tone. He introduces numerous modifications, especially in terms of form and refuses to compromise with the specificities of the original text. In his theoretical essays, Bonnefoy emphasizes that the translator’s inner voice is closely intertwined with the poet’s thoughts and ideas. In this sense, Bonnefoy’s translations encourage an intrinsic poetic quest. The imaginaries of one’s work as a poet and translator thus converge into a singular conception of translation, different from the conception of the « belles infidèles » since it encourages fidelity to the original poem. Therefore, this paper will examine the specificities of Bonnefoy’s writing and will look into the practice of translation as a betrayal of the original poem; a betrayal that takes place in the name of poetry.

*

  • Amina AZOUZ (Paris-Sorbonne)

Adonis : l’impossible traduction de l’imaginaire.
Pourquoi les poètes traduisent-ils les poètes ? La particularité de l’œuvre du poète syrien Adonis consiste dans le fait qu’il a traduit un grand nombre de poètes français vers l’arabe, mais aussi qu’il a été un acteur dans le processus de traduction de ses propres œuvres vers le français.

Adonis: the impossible translation of the imaginary.
Why do poets translate poets? The particularity of the work of the Syrian poet Adonis consists in the fact that he translated a large number of French poets into Arabic, but also that he was an actor in the process of translating his own works towards the French.

*

  • Christina BEZARI (Univ. de Gand)

« Traduire par amour authentique du beau »: la quête de la traduction dans les Fragments de Novalis.
Cette communication portera sur une analyse de la vision romantique de la traduction telle qu’elle a été articulée dans les Fragments de Novalis. Nous allons procéder à un commentaire des passages consacrés à l’acte de traduire en mettant l’accent sur la triple dimension grammaticale, transformante et mythique de la traduction littéraire.  

“Translating out of genuine love for beauty”:  The quest for translation in the Fragments of Novalis. 
This paper probes the question of literary translation as seen by the Romantics and more specifically by the German poet Novalis in his underexplored Fragments. Special focus will be set on certain passages that he devoted to literary translation and its threefold nature: grammatical, transformational and mythical.

*

  • Lilia ANDROSENKO (Université de Franche-Comté)

Dostoïevski traducteur de Balzac : vers une révélation du talent littéraire d’un futur écrivain.
À travers la traduction en russe d’Eugénie Grandet d’Honoré de Balzac par le jeune Fiodor Dostoïevski, il s’agira de se demander dans quelle mesure ce premier travail du futur grand romancier peut être perçu en tant que création artistique capable de démarrer une carrière littéraire du traducteur, voire d’être à l’origine du succès ultérieur de ses propres écrits.

Dostoevsky translator of Balzac: towards a revelation of the literary talent of the future novelist.
Through the translation into Russian of Honoré de Balzac’s Eugenie Grandet by the young Fyodor Dostoevsky, we will investigate the way this first literary work of the future famous novelist can be perceived as an artistic creation capable of starting the literary career of the translator or even of being at the origin of the subsequent success of his own writings.

*

  • Mirella BOTARO (Univ. de Poitiers)

Les enjeux interculturels de traduction : les cas de Monénembo et de Mabanckou au Brésil.
Notre communication sera centrée sur les enjeux interculturels de la traduction des romans Pelourinho (1995) du Guinéen Tierno Monénembo, et Verre Cassé (2005) du Congolais Alain Mabanckou au Brésil. Une analyse comparée de ces deux romans sous le prisme de la traduction nous permettra d’aboutir à une réflexion sur les circulations littéraires sur l’axe sud-sud.  

The inter-cultural aspects of translation: the cases of Monenembo and Mabanckou in Brazil.
This paper will focus on the inter-cultural aspects of the translation of the novels Pelourinho (1995), by the Guinean Tierno Moenembo, and Verre Cassé (2005), by the Congolese Alain Mabanckou, concerning Brazil. A comparative analysis of these two novels through a translational perspective will allow us to draw our conclusions concerning the literary exchanges on the South-South axis.

*

  • Ngadi MAÏSSA LAUDE (Univ. de Lorraine)

Cartographier l’imaginaire d’un auteur : à propos des traductions des romans d’Olivier Rolin.
Nous proposons de caractériser la cartographie des traductions (14 traductions) des œuvres d’Olivier Rolin. Nous montrerons que les choix des traducteurs sont liés aux sujets des romans et participent à entériner la posture revendiquée par l’auteur. 

Mapping the imagination of an author : about the translations of Olivier Rolin’s novels.
We propose to characterize the cartography of translations (14 translations) of Olivier Rolin’works. We will show that the translators choices are related to the subjects of the novels and participate in endorsing the posture claimed by the author.

*

  • Marianna BRAUX (Adelaide University)

Traduction et dialogisme : l’exemple du roman hétérolingue.
Cet exposé envisage la traduction dans sa dimension pragmatique en tant que geste narratif visant à rapporter, au style (indirect) libre, un discours antérieur à un tiers qui n’y a pas accès directement. Il s’agira ainsi, dans une perspective énonciative et à partir de l’exemple de trois traductions du roman hétérolingue Pas pleurer de Lydie Salvayre, de réfléchir à la dynamique dialogique de la traduction afin de mettre en évidence sa fonction testimoniale.  

Translation and dialogism: the heterolingual novel.
This paper approaches translation in its pragmatic dimension, as a narrative gesture by which the translator reports, in free (indirect) speech, a prior discourse to a reader who has no direct access to it. Drawing on the example of three translations of the heterolingual novel Pas pleurer by Lydie Salvayre, the paper will discuss the dialogical dynamics of translation as well as its related function of testimony.

*

  • Marianne REBOUL (Paris-Sorbonne)

Raconter l’aventure en traduction : le mythos d’Ulysse dans les traductions françaises de l’Odyssée.
Ulysse est, dans l´Iliade et l’Odyssée, un adepte du muthos et de la peitho : il convainc rois et guerriers, il est connu pour sa ruse, voire comme un fieffé menteur. Grâce à notre programme, nous sommes capable de comparer l’ensemble des traductions produites en France entre 1541 et 2008, et de voir comment le muthos d’Ulysse est perçu à travers les traductions. 

Telling stories in translations : Odysseus’ mythos in French translations of the Odyssey.
Throughout both Homer’s epics, Odysseus is a well-known expert in the art of muthos and peitho : for kings and warriors, he is a famous cunning man, and a renowned liar. Our software allows us to quickly compare all the French translations we could digitalize, from 1541 to 2008, and de shall analyze how Odysseus’ muthos is perceived through translations.

*

  • Manel BOUAITA (Paris-Sorbonne)

Imaginaires et ambiguïtés traductologiques (sur le Coran)
C’est un texte (le Coran) intraduisible. Déjà, les grands poèmes sont intraduisibles.” Cette citation de Jacques Berque, sociologue et anthropologue orientaliste français, met en évidence la difficulté permanente à traduire le Coran. Cette difficulté se traduit par le fait que ce sont d’abord non seulement les paroles de Dieu, autrement dit, des paroles sacrées mais aussi des paroles en langue arabe classique qui est une langue jugée très difficile à apprendre et de surcroît à traduire. 

Imaginaries and translational ambiguities
« The text (the Quran) is untranslatable. Already, the great poems are untranslatable. » This quote from Jacques Berque, sociologist and French anthropologist orientalist, highlights the ever present difficulty of translating the Quran. This difficulty is reflected by the fact that it is not only the words of God, in other words sacred words, but also words in the classical Arabic language, which is a language that is very difficult to learn and, moreover, to translate.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

– SAMEDI 4 MARS 2017, Salle Bourjac, Sorbonne-Nouvelle, 17 rue de la Sorbonne 75005 Paris.
  • Jean-Yves MASSON (Paris-Sorbonne)

Variations sur l’imaginaire de la traduction à travers quelques portraits de traducteur.
Un des moyens d’accéder à l’imaginaire de la traduction ne serait-il pas d’interroger les portraits de traducteurs que nous proposent peintres et graveurs ? C’est cette hypothèse qu’on se propose d’explorer en tentant d’interpréter quelques représentations classiques de saint Jérôme (Jérôme de Stridon, 345-419, traducteur de la Bible) puis au moins un portrait de traducteur moderne, où il semble qu’il soit possible de lire quelques allégories de la traduction. Une enquête est ainsi ouverte, potentiellement illimitée.

 *

  • Astrid GUILLAUME (Paris-Sorbonne)

La Sémiotraductologie et les imaginaires de la traduction.
La sémiotraductologie en creusant les contextes de (re)création et les dix sphères d’influences de l’univers traductologique offre une grille d’analyse permettant de déceler ce qui influe sur le processus traductologique dans son ensemble. Les imaginaires qui relèvent d’une part de la créativité du traducteur mais aussi d’implicites par forcément connus des lecteurs et traductologues sont une composante essentielle de la mise en mots, car si la traduction n’est pas un art, elle n’est pas dénuée d’esthétisme, d’imagination, de créativité lexicale et stylistique à retrouver, comprendre et analyser.

*

  • James ARCHIBALD (McGill University)

La traduction littéraire et « l’expérience du traduire ».
Selon l’esprit cibliste, le lecteur bénéficie de l’expérience de terrain du traductographe. Mais friand parfois des traductions sourcières, ce même lecteur  peut aussi regretter l’atténuation de la langue-culture car il aime aussi l’altérité. En traduction littéraire, s’agit-il d’une prise de position philosophique ou d’une position purement pragmatique ?    

Literary translation and “the experience of translation”.
Readers of target-oriented translations benefit from translators’ life experiences. Those same readers, who are often fond of foreignized translations, can also regret the intentional dissimulation of the source language-culture, because they love alterity as well. In literary translation, is this choice philosophical or purely pragmatic?

*

  • Christine LOMBEZ (Univ. de Nantes, IUF)

« With whom does one translate ? The imaginaries of poetry translation ».
To which extent does the prism of the translator’s creative imagination reflect in his translation ? To which extent is he guided in his task by other voices, other memories, other imaginaries than his own, that will later inform his understanding and therefore his translational choices ? This paper will address several cases of such dialogism (often leading to intertextual processes, whether consciously or not) found in different texts (translation, self-translation, pseudotranslation) and paratexts (forewords, notes, letters), all the more interesting to investigate when the translator is a poet himself – and enunciation conflicts are likely to occur between two (sometimes antagonistic) poetics.

Avec qui traduit-on ? Les imaginaires de la traduction poétique.
En quelle mesure le prisme de l’imagination créative transparaît-il dans l’œuvre du traducteur ? En quelle mesure est-il guidé dans sa tâche par des voix, des souvenirs, des imaginaires autres que le sien, qui informeront ensuite sa compréhension, donc ses choix traductionnels ? Cette communication évoquera de tels dialogismes – qui mènent, consciemment ou non, à des rapports intertextuels – se trouvant dans différents textes (traductions, autotraductions, pseudo-traductions) et paratextes (avant-propos, notes, correspondances…). Tous ces cas s’avèreront plus riches encore lorsque le traducteur est lui-même poète, et que des conflits d’énonciations sont susceptibles d’advenir entre leurs poétiques, parfois concurrentes.

  • Solange ARBER (Paris-Sorbonne)

L’imaginaire de la transparence
L’imaginaire de la transparence est souvent mobilisé dans les discours modernes sur la traduction. Il est lié à une série de métaphores optiques : la vitre, le verre, le miroir, le prisme. Or la transparence est profondément ambiguë puisqu’elle signifie à la fois vision et oblitération, présence et absence, manifestation et disparition. Le panorama de cet imaginaire dans les discours et les pratiques traductives, depuis Chateaubriand qui affirmait avoir « calqué le poème de Milton à la vitre » jusqu’au traducteur allemand Elmar Tophoven qui entrevoyait la possibilité d’une traduction « sous verre », en passant par Walter Benjamin, Georges Mounin, Lawrence Venuti et Antoine Berman, permet d’en dévoiler les contradictions ainsi que de s’interroger sur la valeur paradigmatique de la notion de transparence en traductologie.  

The image of transparency
The image of transparency is often used in modern discourses concerning translation. It is linked to a series of optical metaphors: glass, mirror, prism. But transparency is deeply ambiguous since it means at the same time vision and obliteration, presence and absence, appearance and disappearance. From Chateaubriand claiming to have « traced Milton’s poem through a glass » to German translator Elmar Tophoven who envisioned an « under glass » type of translation, to Walter Benjamin, Georges Mounin, Lawrence Venuti and Antoine Berman, the overview of the uses of transparency in translation discourses and practices reveals the contradictions within this imaginary and leads to questioning transparency as a paradigm in translation studies.

*

  • Gloria BRANCA (Univ. de Calabre)

Traduire l’exil de la langue: Cioran et les imaginaires migrants face à la traduction.
Notre contribution est centrée sur le projet de traduction en italien de Écartèlement du philosophe roumain Emil Cioran. Cette expérience traductive de la littérature migrante met en jeu des imaginaires différents et une dynamique psychologique profonde par rapport à l’écriture. 

Translating the exile of language: Cioran and migrant imaginaries in relation to translation.
The current contribution focuses on the Italian translation project of Écartèlement by the Romanian philosopher Emil Cioran. The translation of migrant literature involves different imaginaries and a deep psychological insight into the author’s writing.

*

  • Irène GAYRAUD(Paris-Sorbonne-CRLC/Outranspo) 

Pour une traduction comme risque : réflexions sur le rapport entre l’original et ses traductions.
La communication souhaite tracer des pistes pour penser le rapport entre l’original et ses traductions, en postulant que l’original n’existe qu’au risque de ses traductions. La traduction, résolument créative, devient une actualisation des potentialités de l’original. Une présentation de l’Outranspo et une comparaison avec le rôle de l’arrangeur musical viendront étayer ces réflexions.  

Translation as a risk: Reflections on the relationships between the original text and its translations.
This paper examines the relationships between the original text and its potential translations as well as the risk that is created between the two texts. In this sense, the act of translation becomes an actualization of the original’s potentialities. A presentation of the Outranspo and a comparison with the role of the musical arranger will be put forward in order to illustrate these thoughts.

*

  • Louis WATIER (Paris-Sorbonne)

La traduction fictive au XVIème siècle : de l’allégation imaginaire topique à un nouvel imaginaire traductif.
Je me propose de montrer comment l’allégation fictive d’une source traduite, procédé topique du roman médiéval, est modifiée au XVIème siècle par l’irruption d’une nouvelle conception de la traduction, qui entraîne de nouvelles représentations de la pratique traductive. Ce nouvel imaginaire participe de la sorte à une redéfinition du genre romanesque. 

Fictitious translation in the 16th century: from imaginary sources to new representations of translation.
The allegation of an imaginary text, written in latin and “translated” in vernacular, is a topos of the medieval novel. I am willing to show that the emergence of a new idea of translation in the 16th century leads to a significant change in the use of the topos. For this reason, new representations of translation take part in a redefinition of the novel as a genre. 

*

  • Tegan RALEIGH (UC Santa Barbara)

« Ce n’est pas moi qui parle, je traduis » : La pseudotraduction et l’innovation de Marie-Antoinette de Fagnan
L’avant-propos de Kanor, traduit du sauvage (1750) de Marie-Antoinette de Fagnan décrit un manuscrit ancien qui ne cède pas facilement à l’interprétation. Le texte de ce manuscrit fictif n’est pas inscrit seulement sur des feuilles de papier mais aussi des brins d’écorce, des morceaux de métal, et des os du poisson. L’avant-propos suggère que, dans le cas où le sens n’est pas clair, il y a un recours aux interprétations imaginatives. Avec les Mille et une nuits, Contes arabes (1704-1717) d’Antoine Galland et les Mille et un jours, contes persans (1710-1712) de François Pétis de la Croix, il existe telles interventions, mais ces auteurs prétendent être fidèles à leurs sources. Donc, Kanor nous donne un moment clé pour l’histoire de la traduction du dix-huitième siècle en France en reconnaissant la possibilité d’un manuscrit incomplet ou incompréhensible.

 “Ce n’est pas moi qui parle, je traduis”: Pseudotranslation and Innovation in Marie-Antoinette de Fagnan’s Kanor
The foreword to Marie-Antoinette de Fagnan’s Kanor, traduit du sauvage (1750) describes an ancient manuscript that does not succumb easily to interpretation. This fictitious manuscript is inscribed not only on pages but also on leaves, bark, metals, and fish bones. While the “translator” does not claim to fill in material that may have been effaced by time or the elements, the foreword indicates the need for imaginative interpretation when a source text’s meaning is not immediately apparent. Such intervention is characteristic of Antoine Galland’s Mille et une nuits, Contes arabes (1704-1717) and François Pétis de la Croix’s Mille et un jours, contes persans (1710-1712), though both claimed to have adhered faithfully to their respective source texts. Kanor thus provides a valuable moment in the history of translation in 18th-century France by addressing the possibility of an incomplete or inscrutable manuscript.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *